Giselle ballet backstage by Roy Webb

Photo de Giselle prise dans les coulisses du Théâtre Mariinsky de Saint-Pétersbourg. Russie par Roy Webb

GISELLE Giselle est sans doute le ballet le plus mystique du répertoire actuel. Commençons par le fait que son livret est basé sur une histoire fantastique sur un amour qui dépasse les barrières entre deux mondes. C'est une histoire dans laquelle la jeune héroïne, mourante d'un cœur brisé, entend mystérieusement l'appel de fantômes la tentant de se joindre à leur ronde, et devenue l'une d'entre elles, elle sauve l'amant qui l'a trahie. À l'ère du romantisme, l'apogée des recherches dans le ballet est venue avec Giselle qui a été créée en 1841, et les contes d'autres mondes étaient bien connus du public.

Giselle, elle aussi, était l'incarnation idéale d'un double monde romantique où l'énergie vivante des scènes de la vie réelle de l'acte I contraste avec l'incorporation envoûtante de la danse des wilis de l'acte II. Ce n'est pas sans l'influence de cette production populaire que le répertoire de ballet qui s'ensuit s'enrichit de différentes ombres, nymphes et autres habitants de visions. Outre l'intrigue, l'histoire du ballet est également pleine de transformations énigmatiques. Ces transformations ne sont peut-être pas toujours mystiques, elles sont souvent facilement explicables en termes de logique, mais elles rappellent une enquête policière comme une tentative d'établir ceux qui ont créé le ballet et leur part dans la création du chef-d'œuvre Giselle, ont assuré la renommée de ce ballet incroyablement mystérieux.

Ballet intégral en deux actes Musique : Adolphe Adam. Cliquez ci-dessous et affichez en plein écran.

Synopsis Acte I Le comte Albrecht, amoureux de la paysanne Giselle, lui cache sa noblesse. L'autre admirateur de Giselle, Hans, un bûcheron, essaie de l'avertir qu'Albrecht n'est pas celui qu'il prétend être, mais Giselle ne veut pas l'entendre. Resté seul, Hans entre dans la maison du chasseur et enlève l'épée d'Albrecht avec ses nobles armoiries. Les sons d'un cor annoncent l'arrivée d'une partie de chasse, parmi laquelle la fiancée du comte – Bathilde et son père. Ils s'arrêtent pour chercher du repos dans le village. La fiancée du comte, charmée par l'innocence et la beauté de Giselle, offre à la jeune fille un collier coûteux. Le groupe de chasse se retire et les paysans commencent leur propre fête pour marquer la récolte. Au plus fort des festivités, Hans apparaît. Il accuse Albrecht de mentir et montre l'épée du comte comme preuve. Giselle refuse d'y croire. Puis Hans sonne du cor de chasse et devant le comte embarrassé, sa fiancée apparaît. Giselle est désespérée. Elle perd la raison et meurt. Acte II Il est minuit. Hans est venu sur la tombe de Giselle. Les Wilis apparaissent – ​​les fantômes des mariées décédées avant leur mariage – et lui font peur.

Ils sortent de leurs tombes avec la passion de danser comme ils ne le pouvaient pas lorsqu'ils étaient encore en vie et quiconque se trouve dans le cimetière à ce moment-là doit danser jusqu'à ce qu'il tombe mort. Myrtha, la reine des wilis, fait sortir l'âme de Giselle de sa tombe et l'initie à leur ordre. Le comte Albrecht vient sur la tombe de sa bien-aimée. Son chagrin et son désespoir touchent Giselle. Elle pardonne à Albrecht. Les Wilis forcent Hans à danser jusqu'à épuisement et, en se retournant, le jettent dans le lac. Le même sort attend Albrecht. Myrtha l'oblige à danser. Giselle supplie Myrtha de libérer Albrecht mais Myrtha n'est pas émue. L'aube se lève. Avec le lever du soleil, les Wilis perdent leur pouvoir. Albrecht est sauvé. Giselle fait ses adieux à sa bien-aimée - cette fois pour toujours...

GISELLE

Ballet complet en deux actes

Musique : Adolphe Adam

Livret : Jules-Henri Vernoy de Saint-Georges et Théophile Gautier

Chorégraphie : Jean Coralli, Jules Perrot, Marius Petipa

Version scénique et éditorial par Elena Radchenko

Décors : Lev Solodovnikov,

Déguisements : Elena Radchenko & Sergey Radchenko

Eclairage : Marina Borodina

Histoire

Giselle : est un ballet en deux actes sur un livret de Jules-Henri Vernoy de Saint-Georges et Théophile Gautier, une musique d'Adolphe Adam et une chorégraphie de Jean Coralli et Jules Perrot. Le librettiste s'est inspiré d'un poème de Heinrich Heine. Le ballet raconte l'histoire d'une paysanne nommée Giselle dont le fantôme, après sa mort prématurée, protège son amant de la vengeance d'un groupe d'esprits féminins maléfiques appelés Wilis. Giselle a été présentée pour la première fois à Paris, en France, le 28 juin 1841. La chorégraphie dans les productions modernes dérive généralement des reprises de Marius Petipa pour le Ballet impérial russe (1884, 1899, 1903). Giselle a été vue pour la première fois à Moscou en 1843, deux ans seulement après sa création à Paris, et un an après sa mise en scène à Saint-Pétersbourg. L'histoire du ballet en Russie depuis cette époque a montré une séquence continue de performances, avec Jules Perrot - l'un des grands créateurs de la chorégraphie - fournissant un texte de base qui a été illuminé par le soin et le génie de générations de ballerines et de producteurs. Quand Giselle a été oubliée partout ailleurs en Europe — elle a été retirée du répertoire de l'Opéra de Paris en 1868 — les danseurs et maîtres de ballet russes l'ont préservée et honorée.

NOTES DE PROGRAMME

Acte I : Un village rhénan

Giselle, une paysanne, est tombée amoureuse du comte d'Albrécht, qui lui a fait croire qu'il s'agissait d'un villageois nommé Loys. Sa mère superstitieuse, Berthe, espérant que Giselle épousera le forestier Hilarion, la met en garde contre Loys, pour qui elle a pris une aversion instinctive.

Afin de décourager l'amour de Giselle pour les « Loys », Berthe raconte en outre la légende des Wilis, fantômes de jeunes filles abandonnées et mortes avant leur mariage : pour se venger, elles dansent jusqu'à la mort de tout homme qui croise leur chemin entre minuit et l'aube. Mais Giselle fait fi de sa mère et se joint, avec sa bien-aimée, aux célébrations qui marquent la fin des vendanges, lorsqu'elle est sacrée Reine du Millésime.

Wilfred, l'écuyer d'Albrécht, l'avertit secrètement qu'une partie de chasse approche, menée par le duc de Courlande et les comtes Bathilde (future épouse d'Albrécht), qui séjournent au château d'Albrécht pour la cérémonie des fiançailles. Albrécht se cache, mais Hilarion a été témoin de cette rencontre et décide de s'introduire par effraction dans la maison de « Loy » pour découvrir le secret de son identité. La partie de chasse arrive. Giselle danse pour les nobles et lorsqu'elle annonce à Bathilde qu'elle est elle aussi fiancée, la comtesse lui offre un collier. Bathilde, fatiguée de chasser, demande à se reposer dans la chaumière de Berthe, mais le duc décide de continuer la chasse et ordonne de laisser un cor de chasse près de la porte de la chaumière afin que lui et le reste du groupe puissent être rappelés lorsque Berthe sera prête à les rejoindre. Hilarion réapparaît maintenant du « cottage de Loys. Il a retrouvé l'épée d'Albrécht et lorsqu'il la compare au cor de chasse, il voit qu'elles portent le même écusson ; cela lui donne les preuves qu'il cherchait. Ne réalisant pas que la chasse est toujours à proximité, Albrecht revient. Hilarion interrompt la danse et révèle la vérité sur « Loys ». Il sonne du cor, la partie de chasse revient et Bathilde, sortant de la chaumière, revendique Albrécht comme son fiancé. Le choc est trop fort pour Giselle et elle perd la raison. Dans sa folie, elle revit son amour pour 'Loys' et, saisissant son épée, elle se tue.

-Entracte-

Acte II : La tombe de Giselle dans la forêt

Hilarion veille près de la tombe de Giselle, qui se trouve au fond de la forêt dans un sol non consacré. Il est minuit, l'heure à laquelle les Wilis se matérialisent. Hilarion s'enfuit terrifié face à ces apparitions. Myrthe, leur reine, arrive maintenant des marais et convoque sa Wilis. Elle tire Giselle de sa tombe pour l'initier à leurs rites. Les Wilis se dispersent à l'approche d'Albrécht, à la recherche de la tombe de Giselle. Il dépose des fleurs à la croix et lorsque l'esprit de Giselle lui apparaît, il le suit dans la forêt.

Hilarion, poursuivi par les Wilis, revient et est contraint à une danse sans fin. Épuisé, il est conduit dans le lac, où il se noie. Les Wilis recherchent maintenant Albrécht et lorsque Myrthe lui ordonne de danser, Giselle le pousse à la sécurité de la croix, mais il est impuissant lorsque Myrthe ordonne à Giselle de l'attirer en dansant avec lui. Giselle essaie de le soutenir, mais à mesure que la nuit avance, il devient de plus en plus faible. Alors qu'il est sur le point de mourir, l'aube se lève. La lumière du jour détruit le pouvoir des Wilis et les danseurs fantomatiques disparaissent ; Giselle, dont l'amour a transcendé la mort, retourne dans sa tombe, ses esprits libérés du pouvoir de la Wilis, laissant Albrécht triste et seul.

Veuillez prendre place
Eteins ton telephone
Cliquez pour démarrer